Cindy, Benoit et leur maison en bois...

16 octobre 2009

PHOTOS FINITIONS EXTERIEURES

Depuis le printemps 2008, borduration, gazon et pose de terrasse en bois ont embelli un peu la vue sur la maison...

PA150180

PA150181

PA150182

Reste plus qu'à agrémenter l'ensemble de quelques petites fleurs au printemps 2010...

Posté par didi275 à 00:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 mai 2008

POELE A BOIS

Le poêle à bois vient d 'être installé, nous avons choisi la marque allemande HASE car les echos que nous avons eu sur cette marque nous semblent favorable et le style de leurs poêles sont très épurés. Nous nous sommes orientés vers un modèle en pierre stéatite (pierre qui vient de Finlande, tient encore un pays nordique !) avec un corps en acier gris.

P5230179

En attendant sa mise enservice...

quelques photos du séjour :

PB170098

PB170095

   

PB170097

Posté par didi275 à 14:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 avril 2008

AMBIANCE NORDIQUE

Avec la neige qui est tombée dans la nuit du 06 au 07 avril, la maison a pris un petit air de pays nordique. Il est tombé environ 40 cm de neige, Suède, Finlande, ou Canada : à vous de choisir...

IMG_2213

IMG_2215

Posté par didi275 à 17:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 décembre 2007

SANITAIRE

La première étape a consisté à passer les tuyau d'eau (P.E.) par le sol avant que la chappe ne soit coulée.

PB230223

Tous les départs vont se situer dans le cellier, c'est à cet endroit que sera situé la nourisse d'alimentation.

PB230224

PB230225

Alimentation de la salle de bain (douche à gauche et lavabo à droite)

P3070104

Le chauffe eau de 300 l raccordé, par lequel transitera l'eau de pluie.

P1170057

L'alimentation en eau sanitaire, la nourisse supérieure pour l'eau chaude et la nourrisse inférieure pour l'eau froide.

Posté par didi275 à 09:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 novembre 2007

RECUPERATION DES EAUX DE PLUIE

Nous avons décidé de nous lancer dans la récupération des eaux pluviales, ceci pour deux raisons, premièrement parce que l'eau de pluie est gratuite et qu'elle est très agréable à utiliser (eau douce) et deuxièmement car nous n'avons pas de fossé pour rejeter les eaux de pluie. Etant donné que la perméabilité de notre terrain n'est pas excellente c'est un moyen de ne pas être embêté avec cette arrivée d'eau dans notre terrain.

Il ne faut pas perdre de vue également l'aspect écologique de la chose, d'ailleurs nos grands parents ou arrières grands parents ne pratiquaient-ils pas à leur époque la récupération d'eau de pluie pour la lessive, la vaisselle...etc

Dans notre projet nous avons prévu une cuve d'une capacité de 10 000 litres afin de pouvoir utiliser l'eau douce toute l'année et ce même en cas de sécheresse temporaire (oui je sais on parle rarement de sécheresse dans le Pas de Calais mais quand même, 2003 n'est pas si loin !).

On utilisera la récupération d'eau pour toute la maison, toilettes, sanitaire, arrosage. On mettra cependant un second robinet indépendant alimenté en eau froide "eau de ville" dans la cuisine pour la partie alimentaire. Notre système de filtration nous permettra de consommer cette eau de pluie mais le fait de ne pouvoir l'analyser régulièrement nous laisse un petit peu perplexe, donc on ne préfère pas prendre de risque à ce niveau.

C'est donc fin septembre que le début des travaux a commencé :

P9220019

C'est la grue qui a ouvert les hostilités afin de décaisser le terrain.

P9220020

Il faut surveiller la profondeur du trou car la cuve ne doit être recouverte que d'une cinquantaine de centimètres de terre donc il s'agit pas de trop l'enterrer.

P9220030

Une fois le trou creusé, on a déposé du sable de remblais dans le fond afin que la cuve soit posée de "niveau".

P9220029

1er avertissement ! il ne va pas falloir tarder à descendre la cuve dans le fond au risque de voir le trou rebouché en quelques secondes...Ca tombe bien c'est à ce moment qu'arrive la grue de relevage pour descendre le "bébé" au fond.

P9220035

La grue de relevage de 50 tonnes en train de se positionner.

P9220039

La cuve est soulevée, son poids est de 5 tonnes environ.

P9220049

Le grutier a déposé la cuve comme nous on pourrait déposer une boîte d'allumettes, on l'a juste guidé pour la positionner au centre du trou, trop facile !

P9220053

Dans la foulée on a creusé la tranchée pour enfouir deux gaines, une de diamètre 90 pour passer le tuyau d'aspiration et une seconde de diamètre 40 pour passer le cable de la sonde de capacité de cuve qui permettra de connaître le pourcentage de remplissage de la cuve.

P9220057

En fin de journée, j'ai effectué un raccordement provisoire pour que la cuve se remplisse dès les premières pluies, ceci pour éviter qu'elle ne remonte sous la pression de la terre gorgée d'eau et afin d'avoir une réserve d'eau disponible pour les plâtreries et autres nettoyages...

PA200016

Un mois plus tard, on a continué les hostilités en creusant un puit d'infiltration pour le trop plein de la cuve.

PA200020

On a déposé dans un premier temps une vingtaine de tonnes de gros cailloux.

PA200031

Puis dans un second temps une bonne dizaine de tonnes de déchets de blocs et de briques, en espérant que tout cela soit suffisant pour accueillir le trop plein de la cuve.

PA200034

A noter qu'en sortie de cuve on a fabriqué un siphon maison avec 4 coudes à 90° pour éviter d'éventuelles remontées d'odeur à l'intérieur de la cuve.

PA200036

Le tuyau de trop plein (lequel a été lacéré à la tronçonneuse afin d'agir comme un drain) a été protégé avec des blocs de part et d'autre ainsi qu'au dessus. Un géotextile viendra recouvrir l'ensemble avant de remettre la terre végétale.

PA200044

Au dessus de chaque regard de la cuve on a scellé des réhausses de 50 cm de large avec un cordon de mastic étanche à l'eau. Un petit cimentage au pied de la réhausse est prévu pour solidifier l'ensemble.

PA200096

les réhausses ont été tronçonnées afin que les cadres en fonte hydraulique soient à fleur du terrain après le remblais en terre végétale.

PA200073

En guise de préfiltration, nous avons opté pour un fitre en béton vibré d'une contenance de 230 litres, positionné en amont de la cuve. La filtration sera assurée par du pousolane et un filtre en mousse (on y reviendra lors de la mise en service...). Des trous de diamètres 105 mm ont été perçés à la caroteuse en entrée et sortie de filtre pour raccorder les PVC de 100 mm.

PA210105bis

C'est fait, le préfiltre est raccordé aux regards de goutières ! Une plaque en béton vibré avec un regard de 40x40 est prévue pour recouvrir le dessus mais pour une question de pratique (poids et taille du regard notamment) on ferra fabriquer une plaque en alu aux dimensions du filtre.

PA210103    

C'est terminé également en ce qui concerne la pose des réhausses et le raccordement entre la cuve et le préfiltre. On remarque en arrière plan le puit d'infiltration dédié au trop plein de la cuve.

PA210101

Vue sur l'ensemble de l'installation.

PA310163

Quelques jours plus tard, la grue recouvre l'ensemble de terre végétale.

PB140219

Voilà le regard principal. Le PVC de 100 mm va être prolongé avec un coude 90° puis une longueur descendant jusque 20 cm au fond de la cuve afin d'avoir une arrivée d'eau "calme" et ainsi éviter d'avoir une eau "trouble". Les deux autres gaines serviront à l'aspiration (diam 90) et à la sonde de capacité (diam 40).

PB140220

Voici le préfiltre, rempli d'eau mais pas encore en fonction avec les filtres prévus. L'ensemble (cuve + préfiltre) sera vidé et nettoyé avant la mise en service officielle.

P2150084 

Chose promise chose due voici l'installation et la mise en service définitive de la cuve, avec dans un premier temps un nettoyage des goutières, puis l'installation de filtres au niveau des descentes de goutières comme on peut le voir sur cette photo afin de retenir les plus grosses impuretés (feuilles, brindilles...). J'ai utilisé en guise de filtre une maille en plastique rigide.

P2150082

C'est au tour du préfiltre de recevoir son système de filtration, à savoir un lit de roche volcanique au fond du bac (pousolane)

P2150083

sur lequel repose une mousse de filtration (utilisée pour des bassins aquatiques) qui a pour but d'affiner la filtration et ainsi éviter l'encrassement de la cuve située en aval.

P2150081

Nous voici maintenant au fond de la cuve, où l'on peut apercevoir sur cette photo le tuyau PVC de diamètre 100 qui descend jusqu'au fond afin d'avoir une arrivée d'eau "calme" pour éviter les remous (valable notamment quand la cuve commence à s'encrasser, cela évite le bouillon de culture). On remarque également deux fils (rouge et blanc) installés pour la sonde de capacité qui permettra de connaître le niveau de remplissage de la cuve. En haut de l'image on distingue le tuyau d'aspiration entrant par le regard.

P2150080

Le tuyau d'aspiration de diamètre 32 fixé sur la partie supérieure de la cuve avec ensuite un raccord laiton ou est raccordé un kit d'aspiration.

P2150079

Le kit d'aspiration en question comprend une crépine flottante avec clapet anti retour. L'intérêt de la crépine flottante est d'aspirer en permanence l'eau la plus propre possible c'est à dire environ 10 cm sous le niveau de l'eau.

P2150078

Vue au dessus du regard où l'on aperçoit notamment le boîtier transducteur de la sonde de capacité ainsi que l'arrivée des gaines dédiées à l'aspiration de la cuve et à la sonde.

P3070091

Passons aux chosses sérieuses ! avec le détail de l'installation située dans le garage concernant le surpresseur et le système de filtration.

P3070092

En gros plan le surpresseur Grundfos JP6 équipé d'un Presscontrol pour un fonctionnement automatique : mise en route et arrêt automatique de la pompe dès ouverture ou fermeture du robinet et protection contre le fonctionnement à sec. En second plan on aperçoit le disconnecteur qui permet de ne pas poluer le réseau d'eau de ville (le clapet anti retour n'étant plus reconnu par le service des eaux).

P3070098

Au disconnecteur vient se raccorder un siphon pour une évacuation dans les eaux usées (ne pas oublier de le prévoir lors de la conception de la dalle).

P3070102

Référence du disconnecteur Watts.

P3070093

Le système de filtration : l'eau aspirée par le surpresseur passe dans un premier temps par trois filtres, un filtre lavable 60µ (microns) et un filtre bobiné 25µ servant à retenir les impuretés et un filtre à charbon actif 10µ dont le rôle est d'enlever toute odeur.

   P3070095

Après avoir circulé dans les filtres, l'eau passe devant une lampe U.V. dont le rôle est d'anéantir les bactéries présentes dans l'eau. La lampe est à changer toute les 7500 heures (le cadran noir sur l' U.V. est un compteur, ce qui en simplifie le suivi).

P3070096

L'eau est ensuite stockée dans le réservoir tampon de 200 litres. Elle est en fait poussée par le surpresseur qui se coupe dès que la pression atteint 4,5 bars. Ce réservoir évite au surpresseur de se mette en marche systématiquement dès que l'on puise une petite quantité d'eau.

P3070094

Enfin voici le boîtier de la sonde de capacité : il indique que la cuve est remplie à 23%.

La boucle est maintenant bouclée, il ne reste plus qu'à utiliser cette eau douce qui sera distribuée dans tout le réseau sanitaire de la maison, y compris la cuisine ( nota : un robinet d'eau de ville viendra en complément dans la cuisine pour l'utilisation d'eau potable).

Avec ce système, l'eau est en théorie potabilisée, mais faute d'analyse régulière nous préférerons l'eau de ville pour la boisson afin de ne pas prendre de risque. Il faut savoir qu'une installation comme celle ci demande un peu de maintenance si l'on veut que tout fonctionne bien (nettoyage des regards de goutières, du préfiltre, des filtres...) mais se laver à l'eau douce est un bien être paraît-il, réponse prochainement...

En espérant avoir éclairé celles et ceux qui sont tentés par la récupération des eaux pluviales.

Posté par didi275 à 11:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]


ELECTRICITE

Une fois les rails et les lattes fixés aux murs et aux plafonds, notre électricien a pu passer gaines et cables nécessaire è l'installation. Ca en fait une "tripotée" de gaines (désolé pour ceux qui ne connaissent pas le patois de ch'nord !  lexique: tripotée = un certain nombre), heureusement que ce n'est pas moi qui les raccorde au tableau car là, c'est clair, on est mal !!!

PA160011 

Vue sur le plafond de l'étage.

PA160009

Vue du rez de chaussée, où toutes les gaines convergent vers le garage là ou sera implanté le tableau.

PA160010

A suivre...

Posté par didi275 à 09:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2007

DRAINAGE AU PIED DES FONDATIONS

Sur les conseils de notre entourage, nous avons décidé de poser un drain sur le pourtour de la maison au pied du mur de sous bassement afin de minimiser les remontées d'humidité, voici quelques clichés de la réalisation :

P9080126

Le géotextile est positionné sur les fondations, au pied du mur de sous bassement. Le tuyau de drainage perforé de diamètre 100 est posé dessus, ensuite on y a déposé des galets 20/40, puis refermé le tout pour éviter que la terre ne pénètre à l'intérieur.

P9080140

Ne pas hésiter à appuyer sur le tuyau lorsque l'on dépose les galets car sous le poids de ces derniers le tuyau a tendance à remonter. Cela permet d'éviter une une contre pente.

P9080148

Travail terminé ou presque, puisqu'on a décidé de remettre une finne couche de galets au dessus du géotextile, histoire d'assurer le coup !

P9080151

Voilà le travail enfin terminé !

P9080123

Merci à Guillaume pour son aide en matériel, c'est toujours moins dur qu'à la pelle !!!

Posté par didi275 à 22:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

MURS INTERIEURS ET CLOISONS

L'isolation enfin terminée, il est temps de penser à l'habillage des murs interieurs et la pose des cloisons.

Nous avons choisi d'habiller les murs intérieurs en placo mais aussi en lambris pour rappeler l'esprit "bois" de la maison.

Concernant les cloisons intérieures, ça sera du carreau de platre de 7 cm, avec une première rangée en  hydrofuge afin de prévenir d'éventuelles remontées d'humidité.

P9270082

Au plafond (pour ce qui est du rez de chaussée) on a utilisé des suspentes sur lesquelles on a fixé les rails F530, par contre là où le freine vapeur est posé, nous avons utilisé un système de cavalier afin de limiter le percement du freine vapeur (plutôt déconseillé voir chapitre isolation).

P9270089 

Voici en gros plan le système de cavalier utilisé. un piton mâle est vissé dans le montant, puis le cavalier vient se visser sur le filtage du piton laissant ainsi une marge de réglage pour la fixation des rails. Nous avons utilisé ce système aussi bien sur les murs qu'en plafond.

P9270084

Préparation pour la pose de lambris (pose horizontale, lames larges). J'ai utilisé des lattes à panne que j'ai rabotées uniquement sur deux faces afin de régler au mieux l'alignement.Ne pas oublier de relever le carton bitumé situé au sol en le comprimant entre la latte et le montant, ceci afin d'éviter les remontées d'humidité au moment où l'on fera la chappe.

PB060206

Ca avance progressivement, le placo est posé au niveau des murs et du plafond au rez de chaussée. Au fond on a décidé de mettre du carreau de platre pour une meilleure accroche car à gauche ce sera la cuisine (fixation des éléments hauts) et à droite la salle de bain (plus de facilité pour insérer les tuyauteries et fixation du mitigeur de la douche).

PB070215

La cloison de séparation entre la cuisine et le cellier en cours de réalisation.

PB250229

Les cloisons du rez de chaussée terminées ainsi que la chappe.

PB250234

L'étage en cours d'aménagement.

PC040241

PC040244

Les cloisons sont constituées de rails R48 et de montants M48. On a fait le choix, comme prévu initialement, d'insérer des panneaux de cellulose Homatherm (épaisseur 50 mm) afin de bénéficier d'une bonne isolation phonique. Les plaques de BA13 recouvrent l'ensemble.

PC050246

PC040238

PC040241

P1020053

Posté par didi275 à 19:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 juin 2007

ISOLATION

C'est avec un peu (voir beaucoup j'admets !) de retard que j'ouvre le chapitre isolation puisque depuis le mois d'avril le blog n'a pas été mis à jour, ceci étant dû au fait que maintenant c'est à moi de retrousser les manches et donc par conséquent j'ai un peu moins de temps à consacrer à notre blog !

Initialement prévu en cellulose, notre choix s'est finalement porté sur la fibre de bois (en panneaux semi rigides HOMATHERM) qui a des propriétés plus ou moins identiques à la cellulose si ce n'est une densité légèrement inférieure mais un tarif plus intéressant.

Pour parler épaisseur d'isolation, ça va de 180 mm entre montants , 230 / 240 mm  sous rampants, et 280 mm sous toiture. On a prévu une bonne couche c'est vrai mais il faut se dire que la facture d'isolation on ne la paye qu'une seule fois contrairement à celle du chauffage qui revient 8 mois chaque année, enfin pour nous dans le Nord.

Nous avons cependant opté pour la cellulose (50 mm) en ce qui concerne les cloisons de l'étage afin de bénéficier d'une densité supérieure donc un produit un peu plus phonique.

LIVRAISON_ISOLATION_5

C'est donc fin avril que nous avons reçu la première livraison, deux autres camions ont suivi dans la première quinzaine du mois de mai, ça représente quand même un sacré volume, à se demander s'il n'y en a pas pour 2 maisons !

LIVRAISON_ISOLATION_8

Le garage au complet.

ISOLATION_8

Avant de commencer j'ai fabriqué un plan incliné pour couper confortablement les panneaux de 180 mm d'épais.

ISOLATION_17

J'utilise une petite scie à main à très fine dentition, ça fonctionne bien, ça fait de belles coupes propres et précises mais c'est c'est quand même assez ferme à scier. On m'a offert une scie egoïne Black&Decker que je me suis empressé d'utiliser mais j'ai été vite fixé puisqu'elle n'arrive absolument pas à couper l'isolant (je pense que ça vient de la course de la lame qui est trop courte ainsi que d'une puissance un peu limitée). Je continue donc avec ma petite scie à main qui semble être un bon compromis complétée par une plus longue (grande dentition) pour effectuer les coupes en diagonale.

ISOLATION_9

ISOLATION_12

Les panneaux sont à insérer entre les montants de l'ossature et les coupes demandent une certaine précision puisque la densité du matériaux ne permet pas une grande compression, donc  + 5 mm est un bon compromis car au delà ça devient très difficile d'insérer le panneau et puis trop compresser l'isolant c'est le priver de sa capacité à isoler.

C'est un produit agréable à travailler qui ne pique pas, ne gratte pas. Ca fait un peu de poussièrre sans plus mais suffisamment pour devoir utiliser un masque de protection  (sans oublier les lunettes pour les rampants et les plafonds, sous peine d'être aveuglé par les poussières). Le temps de mise en oeuvre est cependant assez long car tous les panneaux HOMATHERM sont à découper pour les insérer parfaitement entre les montants de l'ossature.

P.S. sur les photos on peut remarquer 2 couleurs de panneaux, c'est en fait que les faces recto et verso présentent un aspect différent (gauffré d'un côté et fibreux de l'autre).

ISOLATION_19

A l'étage sous les rampants j'ai fixé des planches à l'horizontale entre les ventrières pour me permettre d'insérer les panneaux qui tiennent par simple compression.

ISOLATION_22

Voilà l'application en deux couches : 50 mm + 180 mm

ISOLATION_34

  Le résultat sous rampants.

ISOLATION_35

Au plafond de l'étage, sous toiture, j'ai un gitage en planches de 180 mm sur lequel je suis venu croiser des planches de 100 mm afin de garantir une isolation suffisante (280 mm)

ISOLATION_37

ISOLATION_38

Vue au dessus du gitage.

ISOLATION_39

C'est le triangle visible en façade qui m'a demandé le plus de travail dans la découpe de l'isolant, ça a été plutôt "sport" surtout lorsque l'on s'attache à réduire au maximum les ponts thermiques.

ISOLATION_27

Un exemple de découpe parmi d'autres.

Au total c'est environ 560 m² d'isolation qui a été posé (toutes épaisseurs confondues), ce qui m'a demandé un peu plus de 3 mois de travail (pas en continu heureusement mais de manière très régulière).

Une fois l'isolation terminée je suis passé à l'étape de la pose du freine vapeur ( Proclima Db+ pour les connaisseurs ) qui a pour rôle de réguler l'humidité dans l'isolant et d'emprisonner ce dernier afin de le rendre le plus étenche possible à l'air ( car pour qu'un isolant soit le plus performant possible il faut que l'air emprisonné à l'intérieur soit immobile d'où le fait de le protéger des mouvements d'air extérieurs ).

La mise en oeuvre s'est plutôt bien passée contrairement à ce que je craignais, mais il est impératif d'être au minimum deux personnes pour la pose (un qui agrafe et l'autre qui tient la laie) ce qui n'est pas un luxe car il est important de bien diriger la laie au départ si l'on veut une pose bien rectiligne et qui ne gondole pas ( sur une longueur de 8m50  on a vite fait de partir de travers sans s'en rendre compte, croyez moi ! ).

Quelques photos de la pose du freine vapeur :

P8150036

P8280039

P8290044

P9270091

P9270092

Les raccords de laies ont été fixés avec le collant dédié (Rapid Cell en l'occurence) lequel offre un très bon pouvoir d'adhérance sur le fim cartonné ainsi qu'une bonne résistance à l'arrachement. En ce qui concerne les raccords aux menuiseries et autres endroits difficiles j'ai utilisé du silicone translucide pour l'étanchéité à l'air.

      

Posté par didi275 à 20:46 - Commentaires [6] - Permalien [#]

16 mars 2007

POSE DU BARDAGE

Notre maison va maintenant revêtir son habit de lumière et se parer de rouge, histoire de rappeler nos ballades en Scandinavie ou au Canada. De toute façon c'est ce qu'on souhaitait, donc pas de regret sur ce point. Avec les moulures blanches et le débord de toit, l'harmonie sera parfaite, enfin cela n'engage que nous et ...tant pis pour ceux qui sont allergiques au rouge !!!

BARDAGE_7

Préalablement à la pose du bardage, un film pare pluie a été fixé sur les plaques OSB par des lattes à bois sur lesquelles viennent reposer les lames de bardage, permettant ainsi la ventilation naturelle de ce dernier.

BARDAGE_1

BARDAGE_3

BARDAGE_5

La teinte du bardage correspond au RAL 3003, les lames mesurent 20 mm d'épais par 145 mm de hauteur.

BARDAGE_10

BARDAGE_11

TOITURE_15

BARDAGE_15

Les étoiles placées sur les pointes des pignons renforcent le caractère de la maison. Cette idée a été "chipée" lors de notre séjour en Finlande !

DSC01850

P5250008

P6090046

Voici la maison dans son aspect extérieur définitif, après la pause d'un auvent au dessus de la porte d'entrée qui renforce un petit peu le caractère de la maison.

P6090048

P6090049

Posté par didi275 à 19:53 - Commentaires [4] - Permalien [#]